Les etrangers infectes et affectes du virus VIH

Posted 23 April 2012

Les étrangers infectés et affectés par le virus du VIH réticents aux groupes de soutien.

Par Julie Ilondo | Le 18 Apr 2012 à 11h48 | Dans Social

La plupart des étrangers infectés et affectés par le virus du VIH demeurent réticents à s’ouvrir aux différents groupes de soutien.

Ce constat a été fait par les responsables de l’organisation non gouvernementale, African Diaspora Hope, Adhope.
 
Cette ONG a pour objectif principal de soutenir moralement et physiquement les personnes infectées par le VIH Sida, avec un regard particulier sur les étrangers.

Elle a été créée afin de répondre à un besoin criant du gouvernement sud-africain de trouver une organisation pouvant toucher les étrangers vivant avec le virus du VIH.  Le projet ‘people living with HIV’ a ainsi été financé par les autorités sud-africaines.

Les étrangers infectés et affectés par le virus du VIH  peuvent bénéficier du soutien des autres étrangers et du reste de la communauté sud-africaine. ADHOPE organise des sessions des groupes de soutien hebdomadaires à Malvern, Turfontein et Yeoville dans la ville de Johannesbourg.

Au cours de ces sessions, chaque personne est appelée à  partager son expérience et à obtenir des renseignements sur la prévention et la transmission du virus du VIH. Outre l’éducation sur la prévention et la transmission que bénéficient les personnes affectées et infectées par le Sida, les groupes de soutien ont également pour but d’encadrer les personnes sur la prise des antirétroviraux dans les différentes cliniques de la place.

Les actions de African Diaspora Hope s’etend aussi à la distribution de la nourriture aux personnes dans le besoin.
‘Les personnes qui prennent les antirétroviraux doivent se nourrir convenablement afin de renforcer leur système immunitaire.’ Confie l’administratrice de l’ONG, Carol Bongiwe Zwane.
Cette nourriture qu’ADHOPE reçoit d’un de ses sponsors, Pick n Pay, ne sert pas seulement aux personnes qui suivent le traitement mais aussi aux personnes qui dans le besoin. Des trois groupes de soutien, le groupe de Yeoville est celui qui rassemble beaucoup d’étrangers : des congolais et camerounais.

Cette réticence des étrangers vivant avec le VIH Sida est, d’après le responsable de ADHOPE, Seraphin Kengne, peut-être due à un problème de culture, à la peur de la stigmatisation ou au sentiment de vivre dans une société où ils ne sont pas acceptés.

Le grand défi de African Diaspora Hope est de trouver plus de financement afin d’atteindre un plus grand nombre d’étrangers, comme a Berea, Hillbrow, Rosenttenville. En attendant, l’ONG bénéficie de l’aide financière  du gouvernement sud-africain, du supermarché Pick n Pay et certains individus.
ADHOPE  a également une crèche pour enfants dont les prix varient entre R150 et R200 le mois.